Syndicat des Cols Bleus de Laval - SCFP 4545

Une semaine particulièrement glissante

Courrier_Laval.jpg

Une semaine particulièrement glissante
par Nathalie Villeneuve
Article mis en ligne le 12 décembre 2008 à 20:10

 
Les trottoirs des artères achalandées sont déblayés en priorité, explique-t-on à la Ville. Écoles et arrêts de bus sont au haut de la liste. Les secteurs résidentiels sont nettoyés en dernier. Neige, glace et encore neige. Les automobilistes et les piétons de la région composent, depuis mardi, avec une conjonction d'éléments que les services des travaux publics ont du mal à contrôler. En font foi: sorties de route et accrochages nombreux et surcharge de travail pour les policiers.
Au premier rang des coupables: la variation en dents de scie des températures, en 48 heures, de mardi à jeudi. La première couche de neige s'est d'abord transformée en gadoue sur les routes, mercredi matin, à la faveur des températures plus douces.  Puis, le verglas s'est mis de la partie, scellant le bitume sous une couche de glace, avant le retour de la neige et un nouveau plongeon du mercure.  Le cocktail glacé qui recouvrait le sol était tel, jeudi, que les équipements de déblaiement «n'étaient pas capables de niveler jusqu'au pavage», explique le porte-parole de la Ville, Marc Laforge.
Question de dosage
Selon Francis Desjardins, vice-président santé et sécurité, au Syndicat des cols bleus de Laval, la décision de procéder à l'enlèvement de la neige dès mercredi soir, avant de compléter le grattage des rues, n'était pas stratégique.
«Moi, j'ai jamais vu ça aussi glissant, 24 heures après du verglas, note M. Desjardins, qui compte 21 années au Service des travaux publics de Laval. Ils ont parti le soufflage trop tôt», estime-t-il.  Par ailleurs, de telles variations de température rendent délicat le dosage sable-sel à épandre sur les routes. Lorsque le mercure descend plus bas que la barre des douze degrés sous zéro, le sel perd sa capacité à faire fondre la glace, fait remarquer M. Laforge.
 
Par temps froid, on augmente la proportion de sable pour augmenter l'adhérence. À l'inverse, on sale plus généreusement lorsque des températures plus douces s'installent.

Avec des températures avoisinant les -14 degrés Celcius jeudi, il était pratiquement impossible d'éliminer les épaisses plaques de glace qui ont empoisonné la vie des utilisateurs du réseau routier de toute la région.
Surcharge de travail
Le Département de police de Laval a subi le ressac des précipitations. «La journée de mercredi a vraiment été occupée, témoigne le sergent François Dumais, aux affaires publiques du Département. Tous les policiers ont mis la main à la pâte; beaucoup de gens restaient pris.»
Heureusement, aucun accident grave n'a été signalé. Les agents en ont profité pour rappeler aux automobilistes que la nouvelle loi rendant l'installation de pneus d'hiver obligatoire entre en vigueur le 15 décembre.  Vendredi midi, 25 % de la neige tombée mardi avait été enlevée. On estimait, à l'Hôtel de Ville, être en mesure de compléter l'enlèvement de toute la neige, y compris celle prévue pour le jour même, mercredi prochain. À condition que Dame Nature soit clémente…