Syndicat des Cols Bleus de Laval - SCFP 4545

Nids-de-poule les garages font des affaires en or

Courrier_Laval.jpg

Courrier Laval, Édition du jeudi, édition du dimanche
Nids-de-poule: les garages font des affaires en or
La Ville soutient être en contrôle de la situation
par Hugo Morissette
Article mis en ligne le 30 mars 2008 à 5:11

 
Les nids-de-poule de Laval donnent plus que jamais des maux de tête aux automobilistes. (Photo: Martin Alarie)
Alors que la Ville affirme maîtriser la situation quant à la présence de nids-de-poule dans ses rues, les propriétaires de garages de Laval, eux, ne cachent pas qu'ils font, bien malgré eux, des affaires en or.

Propriétaire du garage Dagenais Bernard, à Fabreville, Sylvain Filiatrault ne sait plus où donner de la tête, depuis quelques jours. «Les nids-de-poule sont très durs sur les voitures cette année, estime-t-il. Personnellement, je ne me souviens pas d'une année aussi pire que celle-ci. À tous les jours, je reçois des clients qui ont brisé leur suspension ou qui ont une crevaison. Ce n'est vraiment pas drôle pour le consommateur, mais il ne faut pas s'en cacher, on fait de bonnes affaires.» Elvis Zaris, propriétaire du Centre du pneu situé sur le boulevard Samson, à Laval, abonde dans le même sens que M. Filiatrault.

«La situation est grave, lance-t-il. On sent beaucoup de mécontentement chez les automobilistes, et avec raison. Ce qu'on voit le plus, ce sont des jantes qui se déforment. On parle de réparations qui montent parfois jusqu'à 350 $. «Je suis moi-même propriétaire d'une BMW, et un trou a brisé ma suspension.»

En contrôle
Même si elle reconnaît que les plaintes venant des citoyens sont plus nombreuses que par le passé, Ville de Laval affirme être en plein contrôle de la situation. Selon elle, c'est la météo qui est la grande responsable.
«Cette année, nous avons connu plusieurs cycles de gel et de dégel, relate Martin Savard, responsable de la voie publique à la Ville. Lors d'un dégel, des fissures se forment, et de l'eau s'infiltre. Lorsque les températures se refroidissent, la même eau gèle, et les nids-de-poule se forment. Ce n'est d'ailleurs pas seulement à Laval qu'on en retrouve.»

Selon M. Savard, ce sont les secteurs à haute densité de circulation qui seront priorisés par les cols bleus, au cours des prochaines semaines, puisque ce sont ces mêmes artères qui sont les plus endommagées. «Les boulevards comme Cartier, Concorde, Corbusier ainsi que les voies de services municipales sont notre priorité, avance-t-il. Ensuite, on s'attaquera aux zones plus résidentielles. Nous avons quotidiennement de 10 à 12 équipes qui travaillent à temps plein là-dessus.»

CAA
Sur Internet, le service «Info nids-de-poule» de CAA-Québec, où les internautes rapportent depuis quelques années tous les trous dans la chaussée de plus de 300 communautés du Québec, présente 66 signalements pour Laval seulement.
«Je ne sais pas si c'est parce qu'il y en a plus que par le passé ou parce que notre service est mieux connu, mais nous avons effectivement beaucoup de signalement cette année», confirme Philippe St-Pierre, porte-parole de CAA-Québec.

M. St-Pierre rappelle par ailleurs que depuis 1993, le gouvernement provincial, les villes et les municipalités sont dégagés de toute responsabilité en cas de dommages matériels aux pneus ou au système de suspension d’un véhicule en raison de l’état de la chaussée.

«Il y a certains recours possibles, mais l'automobiliste doit prouver hors de tout doute qu'il y a eu négligence», ajoute-t-il.