Syndicat des Cols Bleus de Laval - SCFP 4545

Les fleurs laisseront place au gazon

Courrier_Laval.jpg

Courrier Laval, Édition du jeudi, édition du dimanche

Les fleurs laisseront place au gazon
Laval révise son plan d'embellissement
par Sophie Méley-Daoust
Article mis en ligne le 27 juin 2008 à 9:18

 
Voilà, au moment de mettre sous presse, l'aménagement paysager au coin du boulevard Saint-Martin et de l'autoroute 25. (Photo: Martin Alarie)

Alors qu'à cette époque de l'année la ville est normalement colorée de multiples teintes d'impatientes, de bégonias et de géraniums, massifs et bacs à fleurs sont, à ce jour, dépourvus de toute plantation, laissant pousser bien à son aise la mauvaise herbe.

Bien que le scénario ressemble étrangement à celui de l'année dernière, la situation actuelle ne serait aucunement due aux pressions des cols bleus de Laval qui ont signé leur nouvelle convention collection le 19 novembre dernier. L'absence de végétaux, normalement plantés à la fin du mois de mai, serait cette fois due à une révision du plan d'embellissement de la Ville de Laval. «Nous sommes en année de transition en lien avec le plan stratégique de la Ville», explique Paul Lemay, directeur du service de la vie communautaire, de la culture et des communications à la Ville de Laval. Un tiers des massifs seront ainsi tourbés et quelques arbres y seront possiblement plantés. Les deux tiers restants seront seulement nettoyés de leurs mauvaises herbes, mais aucune fleur n'y sera mise en terre. C'est que la Ville souhaite troquer la plantation d'annuelles par celle de vivaces, et ce, dès l'année prochaine. «L'entretien sera plus facile et c'est plus écologique, car nous n'avons pas besoin d'acheter des annuelles chaque année», confie M. Lemay. Pour les bacs en béton, qui se trouvent par-ci par-là sur l'île, des fleurs devraient être plantées sous peu.

Aucune surprise…
Bien que M. Lemay assure que cette décision de révision du plan d'embellissement a été objet de discussion lors du renouvellement de la convention collective des cols bleus de Laval, Francis Desjardins, vice-président à la santé et sécurité au travail du Syndicat semblait surpris d'une telle affirmation. «Ça n'a jamais été discuté dans la convention collective, proteste-t-il. Nous l'avons appris il y a environ trois semaines.»
Selon M. Desjardins, 75% des annuelles seraient remplacées l'année prochaine par des vivaces. Le nombre d'employés temporaires pour l'été sera également réduit par ce changement.

«Laval a toujours encouragé ses citoyens à planter des fleurs, mais de l'autre côté la ville n'en plante même pas», dénonce M Desjardins.

Quant à la tourbe qui devra être mise sur les massifs, les cols bleus ne savaient toujours pas s'ils allaient être ceux responsables de l'installation.

M. Lemay a par ailleurs affirmé que la Ville n'avait pu penser à ce changement l'année dernière, alors que les cols bleus étaient en moyen de pression et qu'aucune fleur n'avait été plantée. «La Ville aurait bien pu, mais nous étions en négociation de convention collective et nous avions d'autres chats à fouetter», admet-il, ajoutant n'avoir reçu aucune plainte des citoyens.

Rappelons que, l'année dernière, les fleurs achetées par la Ville avaient finalement été remises à l'organisme Laval en fleurs qui les avaient redistribuées aux résidants. «Et même si nous étions en moyens de pression l'année dernière, nous avions dit à la Ville que nous pourrions planter les fleurs», soutient M. Desjardins. La Ville avait pourtant pris la décision de ne rien planter, justifiant un retard important dans la planification des travaux publics.