Syndicat des Cols Bleus de Laval - SCFP 4545

Éducation Soufflage interrompu

Courrier_Laval.jpg

Courrier Laval, Édition du jeudi, édition du dimanche

Soufflage interrompu
Les cols bleus réclament plus d'employés pour le déneigement
par Geneviève Fortin
Article mis en ligne le 21 décembre 2007 à 15:21

Jeudi, alors que les souffleuses, les chasse-neige et les grattes étaient à l'œuvre dans les rues de Laval, une dizaine de chenillettes étaient stationnées au garage municipal. (Photo: Martin Alarie)
En raison des précipitations de pluie qui sont attendues dimanche, la Ville prévoit suspendre les activités de soufflage samedi en fin de journée.
«Nous allons devoir interrompre l'opération déneigement parce qu'on ne peut pas faire le soufflage quand il pleut. On devra reprendre le tassage et le salage», explique Marc Laforge, porte-parole de Ville de Laval. Il estime qu'à ce moment, 75 % du déneigement par transport aura été effectué.

M. Laforge indique que le soufflage devrait reprendre le 27 décembre en matinée.

Véhicules au garage
Jeudi, alors que les souffleuses, les chasse-neige et les grattes étaient à l'œuvre dans les rues de Laval, une dizaine de chenillettes étaient stationnées au garage municipal. Francis Desjardins, vice-président du Syndicat des cols bleus estime que la Ville n'a pas rappelé assez d'employés temporaires. «Une trentaine d'employés sont restés chez eux, dit-il en faisant remarquer que la situation est exceptionnelle étant donné les chutes de neige abondantes au cours de dernières semaines. On a de l'ouvrage par-dessus la tête et il y a de la machinerie qui reste au garage.»

Marc Laforge assure que la Ville a tous les employés nécessaires pour effectuer le déneigement. Il admet cependant que la situation est plus complexe en ce qui concerne les conducteurs des poids lourds qui chargent la neige. En raison d'une nouvelle règle de la Société d'assurance automobile du Québec adoptée cet été, les conducteurs de ces véhicules sont soumis au même règlement que ceux qui font du transport interurbain. Ainsi, ils ne peuvent travailler plus de 14 heures par jour. «On fait de notre mieux avec les contraintes», déclare M. Laforge. 

M. Desjardins dénonce que son employeur impose la même règle à tous les opérateurs de machinerie, même si le règlement ne s'applique pas à eux. «Nous avons eu deux rencontres avec la Ville pour leur demander d'appliquer la loi comme elle est écrite, mais elle ne veut pas. Elle juge que c'est plus facile à gérer de cette façon, sauf que ça coupe des employés», note M. Desjardins qui estime que le déneigement est plus lent que par les années passées.

Jeudi, un employé affecté au déneigement rapportait qu'il travaillait deux fois 15 minutes à l'heure parce qu'il devait attendre les camions de chargement de la neige. Il était mécontent de constater que le déneigement d'un segment de 1,1 km lui ait pris une heure et demie. Il ne comprenait pas que des chenillettes restent au garage. Selon lui, le manque de personnel et une mauvaise planification des opérations étaient à l'origine de cette situation.

Au même moment, la neige n'avait toujours pas été évacuée des trottoirs d'artères importantes comme le boulevard Le Corbusier, dans le secteur du centre Laval, le boulevard Laval ou le boulevard Saint-Martin. Piétons, utilisateurs du transport en commun et enfants circulaient sur la voie publique, cohabitant à leurs risque et périls avec les automobiles.

«Ça peut être dangereux», a admis un porte-parole du département de police de Ville de Laval, Franco Digenova. Les services policiers sont un peu impuissants dans le dossier du déneigement, a-t-il expliqué. Quant à la sécurité des piétons, difficile d'énoncer une consigne, concède M. Digenova. «Je ne peux pas dire aux gens de marcher dans la rue, et qu'il arrive quelque chose comme à Trois-Rivière.»

Une femme de 57 ans a perdu la vie mardi dans cette ville, lorsqu'elle a été happée par le véhicule d'un déneigeur.
Retards d'autobus
La grosse bordée de neige a causé des retards sur les circuits de la Société de transport de Laval (STL), depuis le début de la semaine. Les rues plus étroites et d'importants bouchons sur les axes nord-sud, causés par la congestion des rues montréalaises, sont à l'origine des problèmes, explique Marie-Céline Bourgault, directrice communication et marketing à la STL.
«Tant que le déneigement ne sera pas complété, il y aura des retards», estime Mme Bourgault. Pour obtenir de l'information sur les horaires et les retards, on peut composer le 450 688-6520.