Syndicat des Cols Bleus de Laval - SCFP 4545

Cols bleus espionnés à Laval un arbitre tranchera bientôt

La_presse.jpg

Le mercredi 27 février 2008

Cols bleus espionnés à Laval: un arbitre tranchera bientôt
La Presse Canadienne

La Ville de Laval et ses cols bleus se retrouveront bientôt devant un arbitre, les syndiqués se disant espionnés par des caméras et des systèmes de surveillance par satellite installés par l'employeur dans un garage municipal situé en bordure de l'autoroute 440.

Un an après que le syndicat des cols bleus eut déposé un grief contre la présence d'appareils de surveillance, les caméras n'ont toujours pas été retirées, ce qui incite les employés à recourir au processus légal.

Le président du syndicat, Martin Gagnon, estime que ces appareils causent du stress chez les employés et qu'ils sont néfastes à l'ambiance de travail.

Le porte-parole de la Ville, Marc Laforge, réplique que ces appareils sont dédiés à la protection du bien public. Il lance aux employés que si ceux-ci n'ont rien à se reprocher, il ne devrait y avoir aucun problème.

Un professeur en droit du travail à l'Université de Montréal, Gilles Trudeau, croit que de tels appareils peuvent être acceptables, dans certaines circonstances, mais qu'ils peuvent aussi contrevenir aux droits des employés et au Code civil. Il invite la Ville à s'assurer qu'elle respecte la dignité et la vie privée des employés.